Projets en cours

Alliance Citoyenne Aubervilliers : « Former des leaders relais de non-violence pour régler les conflits et agir sur les injustices dans les quartiers pauvres d’Aubervilliers » (3 000 €)

Dans des quartiers marqués par des conflits permanents et une forte violence sociale (assassinat raciste de Chaolin Zhang il y a quelques années, rixes régulières…), la construction d’un mouvement non-violent sur les injustices sociales (mal logement, discriminations) contribue à dépasser les tensions intercommunautaires et à diffuser la culture de la non-violence.


ANV-COP21 : « L’action non-violente pour mettre en place une stratégie de territoire » (5 000 €)

Continuité du projet lancé lors de la COP21. Les années à venir étant décisives pour la bataille climatique, ANV souhaite faire passer le mouvement citoyen ANV-COP21 à l’échelle supérieure. Il s’agit de faire monter en puissance la mobilisation générale en intensifiant le maillage du territoire et en assurant une coordination toujours plus efficace.

  • Budget global : 79 000 €
  • Responsable : Barthélémy Camedescasse, président
  • Site internet : www.anv-cop21.org

Alternatiba / ANV-COP21 : « Organisation de camps climats locaux (adaptation COVID) » (3 500 €)

Le “Camp Climat” est un camp de formations qui permet à chacun de se former aux enjeux écologiques et climatiques, ainsi qu’aux méthodes de travail efficace. Cette année, la 4e édition devait se tenir entre le 17 et le 31 juillet. Avec la crise sanitaire, tout a dû être repensé. Le Camp climat prendra donc une autre forme cette année afin de proposer un programme adapté à la situation. N’hésitez pas à vous rendre sur leur site pour avoir plus d’informations sur le sujet.

  • Budget global : 141 000 €
  • Responsable : Barthélémy Camedescasse, président
  • Site internet : www.anv-cop21.org

Institut Alinsky : « Recherche et plaidoyer contre la répression de la non-violence » (4 200 €)

Les années 2018 et 2019 ont vu une nouvelle vague de répression face aux mobilisations citoyennes. Les lourdes peines contre les actions de désobéissance des défenseurs des migrants dans les hautes alpes, les interdictions de manifestations des amis de la terre, les restrictions ou répressions sur les associations locales recourant à la non-violence ont été dénoncées pêle-mêle par le Défenseur des droits ou la Ligue des droits de l’homme. Une coalition associative s’est constituée à l’initiative de Julien Talpin, chercheur associé et président de l’Institut Alinsky, et d’Adrien Roux, des alliances citoyennes. Les chercheurs de l’Institut Alinsky ont désormais pour objectif de constituer un observatoire pour mener la première recherche française sur la répression des libertés associatives et des actions non-violentes.

  • Budget global : 19 500 €
  • Responsable : Julien Talpin, président
  • Site internet : https://alinsky.fr

ReAct : « Mouvement non-violent des agents de sécurité pour leurs droits »(2 500 €)

Projet qui vise à accompagner des agents de sécurité dans l’amélioration de leurs conditions de travail par l’action non-violente. L’enjeu est de leur permettre de découvrir le pouvoir de la non-violence pour transformer une réalité sociale. ReAct souhaite à travers ce projet poursuivre son ambition d’implantation de la stratégie non-violente dans les actions syndicales en organisant une série d’actions non-violentes avec des agents formés et entrainés à la non-violence, habituellement absente de leur environnement social et professionnel.


Si on s’alliait : « L’action collective non-violente pour lutter contre le mal logement à Rennes » (2 500 €)

Dans ce projet, les habitants de Villejean, quartier populaire de Rennes, rencontrant des problèmes de mal logement, se sentent impuissants face au bailleur et à la collectivité locale. L’objectif est donc de leur donner envie d’agir, améliorer concrètement leurs conditions de vie grâce à des actions collectives non-violentes et enfin renforcer leur pouvoir d’organisation grâce aux outils des campagnes non-violentes.


Double Zoo : « L’Histoire leur donnera raison » (1 000 €)

Ce projet est un spectacle de théâtre documentaire. Il s’agit d’une reconstitution du procès du collectif des Déboulonneurs (militantes et militants antipub non-violents) qui s’est déroulé le 8 octobre 2012 à Paris. Le Projet a été initié en 2014 avec une équipe de comédiens professionnels. Le spectacle a été joué une petite dizaine de fois mais exclusivement dans le cadre d’événements alternatifs militants (Alternatiba, Jardin d’Alice, festival du cerveau disponible, BAM de Malakoff…).


Silence : « Affiche de la désobéissance civile » (1 200 €)

La revue Silence a décidé de réaliser une affiche des grandes dates de la désobéissance civile dans le monde (avec pour chacune descriptif et illustration). Une diffusion large est envisagée auprès des jeunes et des milieux militants. Cette affiche est conçue comme un outil de diffusion de la culture de la non-violence active et éventuellement un support pour accompagner des formations à la désobéissance civile.


MAN Lyon : « Marche Jai Jagat 2020 Lyon-Genève »(2 000 €)

La marche Lyon-Genève reprend les objectifs de la marche Jai jagat reliant New-Delhi à Genève. Attention, en raison de la crise sanitaire, plusieurs marches ont dû être annulées. La marche partant de Lyon a finalement été maintenue avec quelques adaptations. Au total, 110 personnes ont participé à cette marche de 210 km dont 30 marcheurs permanents. La marche est arrivée à Genève le 26 septembre.

  • Budget global : 5 000 €
  • Responsable : Claire Bouchard, Présidente
  • Site internet : nonviolence.fr/lyon

MAN Lyon : « Archivage 2020″(1 500 €)

Depuis plusieurs mois un groupe de travail s’est constitué pour mettre en place des archives de la non-violence, en s’appuyant notamment sur des documents du MAN (stockées à Lyon) et sur les documents de Jean-Marie Muller. En perspective, un projet d’archivage national à La Contemporaine (Nanterre).

  • Budget global : 8 862 €
  • Responsable : Claire Bouchard, Présidente
  • Site internet : nonviolence.fr/lyon